Que devrait-on faire maintenant ?
Pratique

Que devrait-on faire maintenant ?

Que devrait-on faire maintenant ?

Que devrait-on faire maintenant ? Une question qui revient assez souvent. La pandémie de Covid-19 nous à entraînée dans une spirale de mesures et de restrictions de plus en plus «sévères».

Ainsi petit à petit toute l’Europe est en partie confinée chez elle. Seuls les entreprises dites de premières nécessite ont le droit de travailler.

L’O.N.U et l’O.M.C lancent des alertes disants que dans les mois à venir des risques de pénuries alimentaires sont à craindre. Le fait que l’on a mis à l’arrêt l’économie à l’échelle planétaire pour freiner la propagation du Covid-19 bloque également l’échange des marchandises alimentaires. Mais le plus grave est une crise économique qui va venir dans un second temps. Cette crise aura des effets terrible sur la population.

L’arrêt du système va engendrer des faillites suivies de fermetures d’entreprises. Il faut savoir que déjà avant cette pandémie il y avait des entreprises dites «zombies», c’est à dire qu’elles ne survivaient que grâce «l’argent gratuit».

De ce fait, les faillites vont amener du chômage et donc un choc sur les caisses ASSEDIC. On risque même qu’elles ne seront peut-être plus en mesures de payer les indemnités chômage.

La réduction de l'offre.

L’autre conséquence est que l’offre va diminuer, il sera peut-être impossible de trouver tous les produits de première nécessite dans les grandes surface ou sur les marchés. Les conséquences, vous l’aurez compris, les prix des produits vont s’envoler.

Le texte de : Apocalypse 6:6 résume bien...

Et j’entendis au milieu des quatre êtres vivants une voix qui disait: Une mesure de blé pour un denier, et trois mesures d’orge pour un denier; mais ne fais point de mal à l’huile et au vin.

Apocalypse 6:6 peut très bien être une métaphore qui prédit qu’à la fin des temps les produits de première nécessité seront hors de prix. L’huile et le vin peuvent être considérés comme produits de luxe.

Alors, que devrait-on faire maintenant ?

La réponse à cette question est assez simple, reprenez votre autonomie en main.

Il est vital de se remettre à cultiver vos fruits et légumes et en parallèle soutenir le paysan/maraîcher d’à côté en achetant ses produits. Le monde tel que nous l’avons connus avant le Covid-19 n’est plus. Il nous faut retrouver des valeurs, de ce qui est vraiment important.

Créez un potager

Si vous n’avez pas de jardin, vous pouvez cultiver quelques tomates, des salades,de la menthe même des melons si votre balcon est assez grand. Il est vrai qu’un potager sur balcon ne vous permet pas d’avoir des légumes toute l’année, par conséquent, complétez vos besoins en achetant local, chez votre fermier-maraîcher.

Vous pouvez aussi transformer une pelouse décorative en potager. Il faut diviser vos actions en 2 parties:

1 – Les légumes que l’on peut récolter dans 3 semaines jusqu’à l’automne hiver:

  • Les salades
  • Des radis
  • Petits poids
  • Tomates
  • Différentes sortes de choux.
  • carottes
  • etc.
Que devrait-on faire maintenant ?
Que devrait-on faire maintenant ?

2 – Les plantes qui ne produisent qu’après une période d’adaptation qui est en moyenne de 2 ans. cela est particulièrement valable pour les :

  • Arbres fruitiers
  • Asperges
  • La Rhubarbe
  • Les framboisiers
  • Les plantes sauvages cultivées comme l’Achillée Millefeuille, ou l’aspérule, etc
Que devrait-on faire maintenant ?
Que devrait-on faire maintenant ?

Achillée Millefeuille

Ail des ours

Aspérule

Si l’on plante un pommier aujourd’hui, il ne faut pas espérer des pommes l’année prochaine, ce sont des stratégies à moyen/long terme.

Constituez vous une réserve de semences.

Peut-être vous le savez, mais la plupart des graines vendues en grandes surface ou jardineries sont des graines hybides F1 aussi appelées graines terminator. Ce terme tiré tout droit de la science fiction, veut simplement dire que les semences issues de plantes venants de graines F1, sont stériles.

Assurez vous donc d’avoir des graines de variétés reproductibles. Alsagarden ou Kokopelli sont des fournisseurs de graines reproductibles.

constituer un groupe de voisins

Puis il vous faut essayer de constituer un groupe de voisins. Oui, oui, je sais le blaireau d’en face et la commère à gauche ne font que raconter de âneries sur la conne dans l’autre rue, ils médisent sur tout le monde…. Bla bla bla.

           HONORE DAUMIER, ECOLE FRANCAISE (1808-1879)               Les commères – Aquarelle, crayon

Le commérage à toujours existé, on a plus d’affinité avec les uns qu’avec les autres, mais là il faut vraiment mettre l’égo de coté, et faire des efforts et renouer des liens de voisinage. J’ai de la chance mes voisins sont tous sympa et l’entre aide fonctionne.

C’est une des clés de survie. On peut par exemple échanger des légumes si on à une petite surface, ou échanger des services contre des œufs.

toilettes sèches

Celles et ceux qui ont un jardin peuvent construire des toilettes sèches avec l’idée de composter les excréments humains, oui c’est pas trop beau comme image, mais ça fonctionne.

Attention cependant, si ceux qui sont sous traitements médicamenteux devraient peut être éviter ce genre de procédure, parce que des traces des médicaments peuvent se retrouver dans votre compost.

Élevez des poules

Un autre incontournable, élevez des poules. Vue la situation actuelle, je vous déconseille d’acheter des poussins. Pour ces 2 Raisons:

Il faut attendre 2 à 4 mois avant d’avoir les premiers œufs.

Vous ne savez pas si ce sont des coqs ou de poules. Si vous achetez 6 poussins, vous pouvez avoir 6 coqs. Donc la solution serait d’acheter des poules «réformées» d’élevages. Là aussi choisissez au minimum des poules élevées un plein air ou mieux chez un fermier. Ou alors acheter des jeunes poules en âge de pondre.

Note, pour avoir des œufs vous n’avez pas besoin de coq, cependant, il serait bon d’en avoir un avec vos poules. Si les circonstances demandent la discrétion, s’il faut faire profil bas, ne le faites pas un coq «chante» dès 5 h du matin. En savoir plus cliquez ICI.

Apprenez quelque chose

L’idée ici n’est pas de devenir un pro de la plomberie ou de l’électricité, l’idée est d’être en mesure de réparer les éventuelles pannes ou modifier une installation.

Toutefois on peut considérer tout travail manuel comme utile. Certes en période d’effondrement, certains seront plus demandés que d’autres. Rien n’empêche que vous ayez quelques bases dans différents domaines.

Pensez aussi à vous équiper en matériel et outillage pour que vous puissiez faire des réparations, chez vous ou vos voisins en échange d’aliments par exemple.

Ajoutez votre titre ici

Panneaux solaires, éoliennes, peut importe le moyen que vous choisissez, il sera plus facile de passer une crise si vous arrivez à être autonomes en électricité. J’ai une préférence pour les panneaux solaires, parce qu’il y à toujours de la lumière, même par temps couvert, il y à production d’électricité, plus faible, mais production quand même.

Une stratégie complémentaire peut être l’investissement dans de l’outillage 12v donc sur batterie Li-ion.

L’autonomie électrique devait faire partie des préparations avant le confinement. Après pas sûr que l’on trouve les pièces nécessaires à l’installation. Les prix vont peut-être augmenter donc ce n’est plus sûr de pouvoir le faire.

La voiture

J’ai eu énormément de commentaires au sujet de la voiture, aussi appelé véhicule d’évacuation. Mais cette optique reste encore à définir. Fait est, qu’il serait utile d’avoir un véhicule, avec le plein de carburant disponible. On ne sais pas….

Cependant ce véhicule doit être réparable par vos soins ou ceux d’un voisin/ami.

Cela sous entend, disposer de pièces de rechanges, de l’outillage nécessaire, et du savoir faire, rappelez vous plus haut nous avons vus «apprendre quelque chose» ça sera peut-être cela.

La voiture fait partie de la préparation, actuellement il est impossible d’acheter une voiture. Une fois le confinement levé, on ne sait pas ce qui va se produire, donc je pense que le véhicule devrait déjà être dans votre garage.

En ce qui concerne les véhicules voici 3 liens.

Effondrement, quel véhicule d’évacuation.

Effondrement, quel véhicule d’évacuation, part 2

Effondrement, véhicule d’évacuation part 3 – EDC voiture.

Ayez des choses à échanger.

On ne connaît pas la durée ni les conséquences liés à l’effondrement qui arrive. Il est aussi impossible d’avoir tout sous la main, mais rien n’empêche l’échange ou comme on l’appelle communément, le troc. Si vous avez des choses à échanger le passage au travers cette crise peut s’avérer plus facile. Même conditions que pour la voiture, cela faisait partie de la préparation, il n’est pas sûr qu’après le confinement, il sera encore possible de faire des réserves de choses échangeables.

Pour en savoir plus à ce sujet, cliquez ICI.

Mettre un place un plan familial

Une chose est sûre, après cette crise sanitaire de Covid-19, nous auront une crise économique de grande ampleur. Il se peut que vous soyez au travail et que vos enfants soient chez la nounou au moment où les évènements se gâtent, avez vous réfléchis à en mettre un en place ? Pour en savoir plus, c’est par ICI.

Conclusion

Comme les choses évoluent, vous n’aurez plus le temps de vous préparer correctement. Cependant je vous propose ici un condensé de choses que vous pouvez encore faire. Ce là quelques pistes pour vous permettre de ne pas vous retrouver sans rien, le jour où tout s’arrête. Visitez le blog il y a encore plus d’informations.

Bonne chance.

Que YESHUA HA’MASHIAH vous garde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
16 ⁄ 4 =