Covid-19, avocate internée en psychiatrie
Pratique

Covid-19, avocate internée en psychiatrie

Covid-19, avocate internée en psychiatrie

Covid-19, avocate internée en psychiatrie parce qu’elle à osée, se mettre sur le chemin du Coronavirus.

L’histoire s’est déroulée en Allemagne le 12 Avril 2020. Me Beate Bahner à osée dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas, C’est pas Corona mais Coronoïa sous entendant paranoïa.

Que c'est il passé ?

Me Beate Bahner une avocate installée à Heidelberg / Allemagne à déposée un recours d’annulations des mesures prises par le gouvernement allemand.  En effet, suite au Covid-19 des mesures restrictives ont étés mises en place par la chancelière. 

Me Bahner plaide le viol des droit de liberté que subit le peuple allemand vis à vis des mesures mises en place pour freiner l’avancée du virus. Elle à donc demandée à La Cour constitutionnelle fédérale d’annuler ces mesures de restriction des libertés.

L’avocate explique par ailleurs qu’il s’agit de manipulation des masses sous couvert de maladie, elle parle de « mensonges hideux » et a qualifiée les restrictions de « plus grand scandale juridique » de l’histoire de la République fédérale allemande. D’ailleurs Me Bahner appelle ça une Coronaïa.

Demande rejetée

Cependant, la Cour constitutionnelle fédérale a rejeté la demande urgente déposée à Heidelberg par Mme Bahner contre les mesures en Allemagne. Motif : Non recevable. Cette décision (1 BvQ 26/20) est une défaite pour l’avocate.

Me Bahner à lancée un appel à manifestations à l’échelle nationale en parallèle de sa demande d’annulation de toutes les mesures de restrictions.

Conséquences de l'échec

Suite à sa défaite devant la Cour constitutionnelle fédérale, Me Bahner écrit:

«Qu’elle n’avait malheureusement pas réussi à (…) sauver l’ordre fondamental libéral-démocratique en Allemagne (…) de la pire attaque mondiale et de la mise en place ultra-rapide de la tyrannie la plus inhumaine que le monde ait jamais connue».

Puis l’avocate à annoncée sur son site internet qu’elle allait se retirer du monde juridique, décision qu’elle à révoquée quelques heures plus tard. Mais à toutefois maintenue faire une pause de quelques semaines.

Pâques

Dimanche de Pâques alors qu’elle venait du publier un article sur son site Web, elle descendit au garage sous-terrain. Elle aperçue une voiture qui attendait dans l’entrée du garage sous-terrain commun puis le véhicule avança lentement pour s’arrêter devant sa voiture. Ayant pris peur Mme Bahner se cacha derrière une voiture. Puis elle sortie dans la rue en courant et arrêta une voiture en demandant au conducteur d’appeler la police.

Ce n’est que trop tard qu’elle réalisa qu’à la vue des évènements précédant (sa plainte au près de la Cour constitutionnelle fédérale) que ce n’était peut-être pas la bonne idée.

Violentée par la Police

Covid-19, avocate internée en psychiatrie

Covid-19, avocate internée en psychiatrie

La police fini par arrivée, plaqua l’avocate au sol, la menotta et la laissa «en attente» dans le véhicule de police. Finalement elle fût placée contre son gré dans une unité psychiatrique sous prétexte de comportement étrange ou dangereux pour elle-même.

Un fichier audio

Me Bahner avait le réflexe de laisser un fichier audio à sa sœur et publié sur Telegram dans lequel elle indique qu’elle a couru dans la rue parce qu’elle se sentait menacée par deux tueurs présumés devant sa porte.

Bande originale du message laissée à sa sœur.

Au siège de la police

Ce lundi soir au siège de la police de Mannheim, un responsable a affirmé que la femme avait fait « une impression très confuse ».

Mardi, la police a ajouté que Me Bahner faisait l’objet d’une enquête parce qu’elle avait donné plusieurs coups de pied à un policier. Cela s’est produit lorsqu’ils ont tentés de l’immobiliser.

Dans le message vocal, l’avocate a décrit qu’elle avait été emmenée menottée dans un établissement psychiatrique. Après avoir parlé à un médecin, elle était la seule patiente dans une salle d’isolement ce soir-là, les visites étant interdites.

La sécurité d'État a ouvert une enquête

Il faut savoir qu’après le dépôt de sa demande à la Cour constitutionnelle fédérale La sécurité de l’État a ouvert une enquête contre l’avocate. Son site Web a été temporairement désactivé. Cependant, la police et le parquet ont souligné mardi dans un communiqué conjoint que le placement dans la clinique psychiatrique ne faisait pas partie de l’enquête.

Selon la clinique, Me Bahner était toujours internée mardi après-midi. Cela laisse penser qu’un juge a approuvé la demande de placement. Ni le tribunal de district d’Heidelberg, ni l’institut psychiatrique n’ont voulu le confirmer.

D’après eux, légalement ils ne sont pas autorisés à commenter de telles questions.

Conclusion

Je ne voudrais pas prendre partie dans cette histoire. Je ne connais pas Me Bahner. Toutefois, c’est quand même bizarre qu’une avocate connue est internée dans une clinique psychiatrique quelques jours après avoir déposée une demande d’annulation des mesures de privations de libertés mises en place par le gouvernement pour freiner l’avancée du Covid-19.

Je tiens à préciser que c’est une pratique courante en Allemagne. Ils placent les récalcitrants ou opposant au système en instituts psychiatriques et non en prison, parce qu’ils peuvent les mettre sous traitement. Peut-être ils n’en sortirons plus jamais.
Me Bahner à eu plus de chance, suite à des manifestations organisées par la population elle à été libérée ce mercredi 15 avril 2020.

On voit donc qu’il n’y à plus de droit d’expression et de liberté. Je ne pense pas qu’après la crise sanitaire de Covid-19 toutes les mesures de surveillances vont être retirées. Au contraire toute la surveillance restera en place vu que nous l’avons acceptée.

Covid-19, avocate internée en psychiatrie

Il y a quelques jours, j’ai publié cet article sur les hôpitaux vides. Le nombre d’insultes que j’ai reçus, juste parce que cette épidémie est devenue comme le dit si bien Me Bahner une Coronoïa…

Prenez soins de vous.

 

 

Que YESHUA HA’MASHIAH vous garde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 − 15 =